SOUK


SOUK
SOUK

SOUK

Le mot souk viendrait de l’araméen sh k , avec le sens primitif de rue, puis celui de marché. On le trouve dans la composition de nombreux toponymes. Très tôt, ce terme recouvre différents types de centres d’activité commerciale dans le Proche-Orient et au Maghreb. On distingue les foires annuelles, les marchés ruraux hebdomadaires et les souks urbains permanents. Le terme souk remplace aussi celui de mawsim pour désigner la foire annuelle associée à une fête ou un pèlerinage religieux. À l’aube de l’islam, il existait dans la péninsule arabique un peu plus d’une vingtaine de marchés annuels de ce type, dont les plus connus sont ceux de Badr, Dh ’l-Madjaz, Madj nna et surtout Ok z. Il s’agit d’agglomérations modestes se trouvant en terrain neutre et qui prenaient une importance particulière lors des fêtes religieuses annuelles. Lorsque La Mecque parvint à la primauté religieuse et économique, ces places tombèrent à l’abandon. Les asw k al-‘arab , les «souks des Arabes», sont des marchés ruraux de l’époque du Prophète. Le souk rural est un marché itinérant hebdomadaire auquel se rendent les paysans en une demi-journée de marche; il se tient en zone agricole, le plus souvent sur un terrain non cultivé, d’où le nom de s k al-ghub r (marché à la poussière). Dans le choix du lieu intervient la densité de la population et la présence d’une eau pérenne suffisante pour les hommes et les bêtes. Dans le bassin méditerranéen, ces conditions sont réunies aux pieds des montagnes.

L’expansion de l’islam apporte de nombreux changements et impose sur l’aire étendue de son nouveau domaine le souk musulman, qui n’est nullement le continuateur des souks de La Mecque ou de Médine, mais dont il utilise la technique commerciale, apanage des Qurayshites. Dans les cités antiques qu’ils occupent, les musulmans conservent les institutions préexistantes, le marché l’emporte sur la place publique, le développement du quartier artisanal et commerçant fait du souk le prolongement du quartier spécialisé de la ville hellénistique. Les portiques des grandes avenues à colonnades furent rapidement envahis par des boutiques, généralement deux par entrecolonnement, des échoppes ne tardèrent pas à s’élever au milieu de la chaussée. Ayant cessé d’être des artères de grande circulation, ces voies déterminent avec les rues adjacentes des secteurs commerciaux occupés par divers souks spécialisés. Ceux-ci constituent désormais une véritable «cité marchande».

En ville, le mot souk recouvre plusieurs types particuliers de marchés. Dans les premières cités musulmanes (ams r ) qui n’étaient, à l’origine, que des camps militaires, on n’avait pas prévu la place du marché. Le grand marché se tenait au terminus des routes caravanières au mirb d , endroit où l’on déchargeait les chameaux, à Basra et, à K fa, au Kun sa , vastes places que l’on peut assimiler à des marchés ruraux.

Du marché cyclique on passe au souk permanent polyvalent qui se développe à l’intérieur des centres urbains. Ce type de souk permet les échanges de marchandises entre Bédouins, campagnards et citadins sur des postes fixes. Le souvenir du marché rural se maintient dans le marché aux bestiaux qui se tient périodiquement aux portes de la ville.

Nous trouvons à Bagdad un intéressant exemple d’évolution des souks urbains en milieu purement musulman. La capitale abb sside fut construite en 762 par al-Mans r au lieu-dit s k Baghd d où se tenait une foire annuelle. À l’origine, il y eut des souks sous les arcades (taq t ) des larges rues qui partaient des quatre portes vers le centre de la ville ronde, puis le calife chassa les marchands de la cité et fonda, au sud, le quartier d’al-Karkh pour les marchés et les entrepôts. Plus tard, lorsque la ville se développa encore, un important marché hebdomadaire se tint sur la rive gauche du Tigre: le souk ath-Thal tha (le marché du Mardi), relié à la rive droite par un pont de bateaux. Ce souk devint rapidement permanent et se trouva installé dans des bâtiments adaptés à l’activité commerciale.

Le souk urbain répond aux besoins de plusieurs types de commerces. Le commerce d’import-export, aux mains des tudjdj r , marchands au long cours, constitue un monde autonome; il n’a pas de périodicité fixe, bien que, pour les produits d’Extrême-Orient, il dépende du rythme des moussons. Les denrées sont entreposées au milieu des souks dans des bâtiments particuliers, à la fois hôtelleries et entrepôts: khans , funduqs ou saray ; les acheteurs sont des commerçants en gros ou demi-gros. Le commerce de ravitaillement draine vers la ville, par un mouvement centripète, les hommes de la campagne qui échangent leurs denrées contre les produits manufacturés des citadins. Compte tenu de la densité de l’habitat urbain, il était difficile d’installer de nouveaux souks intra muros; en fait, le processus d’édification des souks a été synchrone avec celui de l’urbanisation. C’est aux portes de la ville que se tenaient des marchés aux bestiaux de type rural nécessitant un grand espace ouvert, ce qui permettait une forte concentration de bêtes et de gens (s q al-ghanam : chèvres et moutons; s q ad-daw bb : bêtes de somme; s q al-khayl : chevaux). Pour le commerce courant, les souks urbains furent des places d’échange fixes et continues. Le terme désigne alors un groupe de boutiques spécialisées dans tel ou tel produit: droguistes et parfumeurs, papetiers et libraires, marchands de céréales et de graines diverses. La localisation des centres de vente est souvent conditionnée par la nécessité d’espace (pour les cordiers) ou d’eau (pour les teinturiers). Certaines denrées sont vendues à des carrefours (murabba’a ), d’autres sur des places (rahbat ). Dès l’époque omeyyade, des établissements publics sont élevés dans les souks, l’espace ouvert est transformé en une enceinte dans laquelle il y a des boutiques accolées au mur intérieur et ouvrant sous un portique. Les commerçants y payent un loyer et des taxes.

Le commerce de l’alimentation est concentré autour du d r al-bitt 稜kh (Damas, Bagdad, Le Caire), la halle aux fruits et légumes frais. Il y a aussi de nombreux entrepôts (funduq ), souvent spécialisés dans des denrées alimentaires, par exemple le riz, l’huile, ou bien des khans . Les qaysariyas , centres de commerce des étoffes et des bijoux, sont situées au centre de la ville, le plus souvent autour de l’ancienne agora ou près de la grande mosquée. C’est un édifice bâti sur plan rectangulaire ou carré, autour d’une vaste cour à ciel ouvert, avec un portique qui soutient une galerie tournante; un gardien veille en permanence sur cet endroit clos doté de portes très solides. Cette sorte de grande halle abrite les ateliers d’artisans d’un métier traditionnel de luxe bien déterminé comme les orfèvres, les joailliers, les brodeurs, ou des dépôts de tapis, d’étoffes et de marchandises précieuses (fourrures). La suwayqa (diminutif de souk) est un petit foyer de redistribution interne comme il en existe en grand nombre dans les cités musulmanes d’Orient et d’Occident. Dans chaque quartier urbain, il y a tous les organes requis de la vie sociale musulmane; ces organes sont groupés le long de la suwayqa , où l’on trouve la mosquée, le bain et le four à pain, ainsi que des boutiques de fruits et légumes, de produits laitiers et un gargotier. C’est un petit bazar où l’on peut se procurer les denrées et objets nécessaires à la vie quotidienne.

L’activité du souk était contrôlée, à l’époque du Prophète, par un commissaire (‘ mil ala s-s q ); ensuite, les marchés furent soumis à la juridiction d’un préposé (s hib as-s q ). Avec le temps s’élabora une réglementation particulière au marché (hisbat as-s q ), dont l’application fut confiée au muhtasib , que les chroniqueurs occidentaux des croisades appelèrent le mathesep . Ce personnage avait de nombreux adjoints et siégeait dans un bâtiment proche de celui de la perception des impôts (d 諾 az-zak t ).

souk [ suk ] n. m.
• 1848; mot ar.
1Marché couvert des pays d'islam réunissant, dans un dédale de ruelles, des boutiques et ateliers. bazar. « Tu te promènes comme à Tunis dans les bazars, dans les souks » (A. Daudet).
2Fig. Fam. Lieu où règne le désordre, le bruit. Quel souk !
Grand désordre, tapage. C'est fini, ce souk ?

souk nom masculin (arabe sūq) Marché, dans les pays arabes ; lieu où se tient le marché. Familier. Lieu désordonné.

souk
n. m. (Maghreb)
d1./d Marché urbain couvert réunissant boutiques et ateliers dans un dédale de ruelles.
d2./d Marché rural hebdomadaire de plein air.

⇒SOUK, subst. masc.
A. — Marché public d'un pays arabe; en partic., ensemble de rues commerçantes (parfois couvertes); chacune de ces rues où les artisans et commerçants sont regroupés par corporation. [À Tunis] c'est le souk des selliers qui commence; l'allée tourne, puis, indéfiniment, continue (GIDE, Journal, 1896, p. 70). Aujourd'hui c'est jour de souk (LANLY 1962, p. 68).
P. anal. Les Champs, la nouvelle galerie commerçante qui vient de s'ouvrir aux Champs-Élysées, est le souk de l'an 2000 (L'Express, 19 avr. 1971, p. 138, col. 1).
Rem. V. bazar I A rem.
B. — P. anal., fam.
1. Lieu agité et bruyant; lieu où règnent le désordre et la confusion. Quel souk! qu'est-ce que c'est que ce souk! L'autre hideux là-haut, dans son souk, il devait roupiller toujours (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 474).
2. P. méton. Désordre, confusion. Il y a un de ces souks, chez lui! (ROB. 1985).
Prononc. et Orth.:[suk]. Plur. des souks. Étymol. et Hist. 1. a) 1636 zoco « marché, dans les pays arabes » (Ch. DE VALOIS D'ANGOULÊME, trad. de l'esp. de D. DE TORRES, Rel. de l'orig. et succez des Cherifs, p. 83 cité par R. ARVEILLER ds R. Ling. rom. t. 52, p. 107: un zoco, c'est à dire un marché [au Maroc]); 1637 soc (Fr. P. DAN, Hist. de Barbarie, p. 377, ibid.: le Soc [à Alger]); 1677 suk (VANSLEB, Nouv. rel. en forme de j. d'un voyage fait en Égypte, p. 191); 1835 souk (J. B. EYRIÈS, trad. de l'angl. de J. L. BURCKHARDT, Voyages en Arabie, t. 1, p. 73 cité par R. ARVEILLER, ibid., p. 108); b) 1829 soucque (L. FILIPPI, Fragmens hist. et stat. sur la régence de Tunis, p. 85, ibid.: Soucque neuf [à Tunis]); 1843 çouq (L. BERBRUGGER, Algérie hist., pittoresque et monumentale, t. 1, p. 79, ibid., p. 109); 1844 souk (Le Compilateur, n ° 12, 30 août, p. 193c ds QUEM. DDL à paraître: l'alkaïsseria ou souk [au Maroc]); 2. 1936 fam. « lieu où règnent le désordre, l'agitation, le bruit » (CÉLINE, loc. cit.). Empr. à l'ar. « marché », d'abord par l'intermédiaire de récits, ou de trad. de récits de voyages (1 a), puis par voie directe, lors de la colonisation de l'Afrique du Nord par la France (1 b). Fréq. abs. littér.:28. Bbg. QUEM. DDL t. 7.

souk [suk] n. m.
ÉTYM. 1848, comme mot emprunté (in D. D. L.); arabe sūq « marché ».
tableau Mots français d'origine arabe.
1 Marché des pays d'Islam, et, spécialt, marché couvert réunissant, dans un dédale de ruelles, des boutiques et ateliers de toute espèce. Bazar. || Les labyrinthes (cit. 9) des souks.
0 Dans la ville arabe, la partie la plus intéressante est le quartier des Souks, longues rues voûtées ou toiturées de planches, à travers lesquelles le soleil glisse des lames de feu (…) Ce sont les bazars, galeries tortueuses et entre-croisées où les vendeurs, par corporations, assis ou accroupis au milieu de leurs marchandises en de petites boutiques couvertes, appellent avec énergie le client ou demeurent immobiles dans ces niches de tapis, d'étoffes de toutes couleurs, de cuirs (…)
Maupassant, la Vie errante, Tunis.
2 (Mil. XXe). Fig., fam. Lieu où règne le désordre, l'agitation, le bruit. || Quel souk ! || Qu'est-ce que c'est que ce souk ! Bazar, bordel…
Désordre. || Il y a un de ces souks, chez lui !(Abstrait). || C'est le souk, dans ce bouquin : c'est désordonné, confus, sans suite ni méthode.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • souk — souk …   Dictionnaire des rimes

  • Souk —   [suk, arabisch] der, (s)/ s, französische Schreibweise für Suk (Basar). * * * Suk, Souk, der; [s], s [arab. sūq]: ↑Basar (1). Souk [zu:k]: ↑Suk …   Universal-Lexikon

  • Souk — [zu:k] <aus fr. souk »arab. Markt«> svw. ↑Suk …   Das große Fremdwörterbuch

  • souk — Arab bazaar, 1826, from Fr. souk, from Arabic suq marketplace …   Etymology dictionary

  • souk — [su:k] n [Date: 1800 1900; : Arabic; Origin: suq market ] a market in an Arab country …   Dictionary of contemporary English

  • souk — [ suk ] noun count a market in an Arab town …   Usage of the words and phrases in modern English

  • souk — (also suq) ► NOUN ▪ an Arab market. ORIGIN Arabic …   English terms dictionary

  • souk — [so͞ok] n. [Ar sūq] an open air marketplace in N Africa and the Middle East …   English World dictionary

  • Souk — En arabe, un souk est un marché forain éphémère, généralement hebdomadaire. C’est aussi un lieu de transactions commerciales. Il est presque toujours en plein air ; seuls certains souks des médinas sont parfois couverts. Son équivalent en… …   Wikipédia en Français

  • Souk — A souk (سوق, also sook, souq, or suq, or shuq in Hebrew, שוק) is a highly fashioned commercial quarter in an Arab or Berber city. The term is often used to designate the market in any Arabized or Muslim city. It may also refer to the weekly… …   Wikipedia